English version
Complements alimentaires CODIFRA - plan du site Plan du site
Qui sommes-nous?
Nos garanties
Comment choisir ?
Quel micronutriment
 Quel produit
GLOSSAIRE
FAQ
Label Sérurité Santé Nature
La micronutrition
 c'est quoi ?
Cliquez ici pour revenir à la page d'accueil
Compléments alimentaires nutritionnels Micronutrition - Laboratoire CODIFRA
Nos produits
gamme compléments alimentaires produit naturel bien être
Accès réservé aux professionnels de santé
Accès réservé aux journalistes
Trouvez ici toutes nos adresses
photo
Un peu d'histoire
 Liste des termes scientifiques
A . B . C. D . E . F . G . H . I . K . L . M . O . P . R . S . V . Z
a
Haut page

Acides aminés :
Constituant de bases des protéines, ils sont indispensables à l’organisme qui ne peut les fabriquer pour certains d’entre eux : ce sont les acides aminés essentiels. Ces derniers doivent donc être apportés par l’alimentation. Ils sont présents dans les viandes, œufs, poissons et certains végétaux.

Acides gras essentiels :
Ce sont les acides gras constitutifs des membranes de nos cellules.

Ils participent également à plusieurs réactions de défense contre l’inflammation et à la communication à distance entre plusieurs organes et cellules.

Acides gras polyinsaturés :
Ils sont essentiels et proviennent des graisses. Ils jouent un rôle fondamental dans la structure des neurones, contribuent à l’équilibre des graisses et favorisent la production de substances nécessaires au fonctionnement des cellules.

Ils se trouvent dans les poissons gras des mers froides (saumon, maquereau, morue, thon…) et dans certaines huiles végétales (onagre, bourrache, noix, soja…).

Afssa :
Etablissement public de l'Etat placé sous la tutelle des ministères de la Santé, de l'Agriculture et de la Consommation, l'Afssa a été créée le 1er avril 1999 en application de la loi du 1er juillet 1998 relative à la veille sanitaire et à la surveillance des produits destinés à l'homme.

Anti radicaux libres :
(voir anti-oxydants).

Anti-oxydants :
Molécules ou ensemble de molécules capables de neutraliser des radicaux libres responsables du vieillissement cellulaire ayant ainsi un rôle de défense au sein de la membranes ou de la cellule.

Les principales sont :

  - des vitamines : E, C, A, bêta-carotène
  - des minéraux : sélénium, zinc
  - des molécules complexes d'origine végétale : polyphénols, flavonoïdes, anthocyanosides, caroténoïdes…
  - des enzymes : glutathion peroxidase, superoxyde dismutase.

Les antioxydants coopèrent souvent ensemble dans la cellule : ainsi la vitamine C régénère la vitamine E, la glutathion peroxidase ne peut agir sans la vitamine E et le sélénium.

ANC :
Les Apports Nutritionnels Conseillés ou ANC sont des quantités conseillés tenant compte de la « culture alimentaire » de la population française, ils sont propres à chaque groupe d’individu.

AQR :
Les Apports Quotidiens Recommandés ou AQR diffèrent des ANC. Ce ne sont pas des recommandations nutritionnelles à proprement parler, mais des valeurs moyennes légales adoptés par l’industrie agro-alimentaire et en particulier les fabricants de compléments alimentaires pour leurs facilités d’usage. Ils correspondent au besoin moyen quotidien d’un adulte en bonne santé.

b
Haut page
Biodisponibilité :
La biodisponibilité c'est la proportion d'une substance qui va effectivement agir dans l'organisme par rapport à la quantité absorbée. On peut l'assimiler à la vitesse et ou au taux d'absorption d'un principe actif à partir d'une préparation pharmaceutique. .
c
Haut page

Calcium :
Le calcium est un composant important d'un régime sain. Contrairement à ce que l’on croit, ce ne sont pas les produits laitiers qui représentent la meilleure source de calcium, car la proportion calcium/phosphore n’y est pas bonne. Le lait contient en effet trop de phosphore, ce qui peut entraîner une calcification insuffisante. Le corps a besoin de magnésium, de silicium, de vitamines A, C et D, de protéines et de phosphore pour bien l’assimiler. Il intervient dans la formation des os et des dents ; son déficit va donc les affecter (ostéoporose, problèmes de croissance). De plus, il intervient dans les échanges cellulaires et est, de ce fait, vital. Son taux sanguin (calcémie) est extrêmement régulé, pour éviter des variations fatales à l'organisme.

Le risque de Cancer du côlon semble diminué par un régime riche en calcium. La majorité des études épidémiologiques indiquent que les gens dont l'alimentation contient le plus de calcium ont moins fréquemment un cancer colorectal. Plus de 25 publications scientifiques montrent que le calcium diminue la cancérogenèse colique chez les rongeurs. Enfin, trois essais cliniques controlés montrent que la prise d'un supplément de carbonate de calcium (1-2 g/j) diminue la récurrence des polypes de 15 à 30% chez des volontaires: Il semble donc que le calcium prévienne le cancer colorectal.

Cartilage :
Variété de tissu conjonctif caractérisée par une substance fondamentale compacte, transparente, élastique et résistante. Le cartilage ne contient normalement ni vaisseaux ni nerfs.

Céramides :
Les céramides sont une famille de lipides.

Chrome :
Le chrome trivalent est un oligo-élément essentiel pour le métabolisme du sucre chez l'être humain. Une déficience en chrome peut affecter le potentiel de l'insuline à réguler le niveau de sucre dans l'organisme.
Le chrome n'a pas, comme les autres oligo-éléments, été trouvé dans une protéine avec une activité biologique, et donc son mécanisme d'action dans la régulation du sucre reste inexpliqué.

Co-facteurs :
Substance de nature enzymatique en générale augmentant l’action d’une autre substance.

Collagène :
Le collagène est une (glyco)protéine fibreuse dont le rôle peut être comparé à une armature. C’est la protéine la plus abondante de l’organisme. Il est secrété par les cellules des tissus de soutien (tissus conjonctifs, os, tendons, … ).
Contrairement à l’élastine présente aussi dans les tissus conjonctifs, le collagène est inextensible et résiste bien à la traction. Il est constitué de différents types selon leur localisation. Il est notamment indispensable aux processus de cicatrisation. Après certaines transformations, on peut en faire de la colle.

d
Haut page

Derme :
Couche profonde de la peau qui nourrit et soutient l’épiderme, le derme est un tissu de type conjonctif formant avec l'épiderme et l'hypoderme la peau. Son épaisseur est variable selon les régions corporelles mais peut atteindre 1 millimètre.

DHA (Acide Docosahexaénoïque) :
L'acide docosahexaènoïque est un acide gras faisant partie de la famille des oméga 3.
Le cerveau et le cœur ont besoin de DHA pour fonctionner de façon optimale. On le trouve surtout dans l'huile de poisson. On peut aussi en trouver dans des œufs, du lait ou du fromage si les animaux ont été nourris par des produits riches en DHA.
Chez l'homme, un taux de DHA correct a une action anti-inflammatoire et de protection du système cardio-vasculaire et peut réduire le niveau de triglycérides dans le sang, ce qui permet de diminuer les risques de maladie cardiaque.
A l’inverse, de faibles niveaux de DHA ont été associés avec les troubles de l'attention (ADHD), la maladie d'Alzheimer, et la dépression (entre autres), et il semble certain que la prise de compléments de DHA (alimentation fonctionnelle) soit efficace dans la lutte contre ce type de maladies

e
Haut page
Enzyme :
Substance de nature protéinique, une enzyme est une molécule permettant d'accélérer jusqu'à des millions de fois les réactions chimiques du métabolisme se déroulant dans le milieu cellulaire ou extracellulaire. Les enzymes agissent à faible concentration et elles se retrouvent intactes en fin de réaction : ce sont des catalyseurs biologiques (ou biocatalyseurs).
Une enzyme, comme toute protéine, est synthétisée à partir des informations codées dans l'ADN ou dans l'ARN dans le cas de certains virus. Il existe plus de 3 500 enzymes différentes répertoriées.
Les premières enzymes isolées furent d'abord nommées ferments et par la suite diastases.
Il existe deux grandes catégories d'enzymes : les enzymes purement protéiques (qui ne sont constituées que d'acides aminés) et les enzymes qui sont en deux « parties » : une partie protéique : « l'apoenzyme »; une partie non-protéique : « le cofacteur ». L'association de l’apoenzyme et du cofacteur constitue « l'holoenzyme ».

EPA (Ecosapentaénoïque) :
Acides gras polyinsaturés oméga-3 présents dans l’huile de poisson.

Epiderme :
L'épiderme est la couche superficielle de la peau dont la surface est formée de cellules mortes kératinisées. L’épiderme (étymologiquement formé en grec des mots epi, sur et derma, peau) désigne le tissu qui recouvre le derme.
L’épiderme est composé de cinq couches cellulaires, ou strates, superposées, qui sont, en partant de l’extérieur : la couche cornée; la couche claire ; la couche granuleuse ; la couche de Malpighi ou couche spineuse, qui contient des keratinocytes,(cellules produisant de la keratine qui donne a la peau sa dureté), des melanocytes(cellules produisant de la melanine responsable de la pigmentation cutanée), et des terminaisons nerveuses(sensation du toucher) ; enfin la couche basale .
L’épiderme n’est irrigué par aucun vaisseau sanguin. Les cellules qui le composent sont alimentées par diffusion depuis le derme. Il contient par contre de nombreuses terminaisons nerveuses. L’épaisseur de l’épiderme est faible, de l’ordre du millimètre. Elle varie selon les parties du corps. Elle est par exemple plus épaisse sur la paume de mains et la plante des pieds (du fait de l’épaississement de la couche cornée).

Essentiel :
Qui ne peut être fabriqué par l’organisme. Doit être apporté par l’alimentation.

i
Haut page

Fer :
Le fer a un rôle fondamental dans la constitution de l’hémoglobine contenue dans les globules rouges du sang, dans la constitution de la myoglobine contenue dans les muscles et dans celle de nombreux enzymes indispensables au fonctionnement de l’organisme.

La carence en fer peut avoir des conséquences négatives sur la santé, notamment une réduction de la capacité physique à l’effort, une diminution des performances intellectuelles, une moindre résistance aux infections, et causer des perturbations au cours de la grossesse.

Fibres :
Les fibres alimentaires sont les parties d'origine végétale non transformées par les enzymes de la digestion. Toutefois, elles sont indispensables au bon fonctionnement du transit intestinal.
Résistant à la digestion dans l'intestin, les fibres alimentaires n'ont pas de valeur nutritionnelle apparente. En fait, le rôle des fibres est important dans le transit intestinal car elles augmentent le volume du bol alimentaire et augmentent la consistance des selles grâce à leur pouvoir d'absorption de l'eau, stimulent les contractions de l'intestin et favorisent l'activité bactérienne dans le côlon. Cependant, absorbées en excès, elles peuvent contrarier l'assimilation des sels minéraux et entraîner la formation de selles liquides : c'est la diarrhée. Une carence de fibres peut conduire à des troubles gastriques et intestinaux : c'est la constipation.
Elles ont un effet positif d'accélération de la satiété, retardent la sensation de faim, et limitent ainsi le risque de suralimentation, ce qui aide à prévenir l'obésité.

g
Haut page
Galénique :
Mise en forme des médicaments ou des compléments alimentaires (sirop, comprimé, crème, suppositoire, formes injectables, etc.) avec un conditionnement adapté à l’âge.

Glucides :
Terme général désignant les sucres. Ils font partie, avec les protéines et les lipides, des constituants essentiels des êtres vivants et de leur nutrition, car ils sont un des principaux intermédiaires biologiques de stockage et de consommation d'énergie. Chez les organismes autotrophes, comme les plantes, les sucres sont convertis en amidon pour le stockage. Chez les organismes hétérotrophes, comme les animaux, ils sont utilisés comme source d'énergie dans les réactions métaboliques, leur oxydation lors de la digestion des glucides apportant environ 17 kJ/g selon l'étude dans la bombe calorimétrique.

GMP :
Acronyme désignant Good Manufacturing Process qui correspond aux BPF en français, c'est-à-dire les Bonnes Pratiques de Fabrication.

h
Haut page

HYPRO® :
Dénomination commerciale désignant l'association d'oligo-éléments ou de minéraux avec des protéines de riz (HYPRO®-RI) ou de blé (HYPRO®) par un procédé de fabrication dénommée chélation.

Il existe une voie commune d'absorption des mineraux et des oligo-éléments sous forme libre et ceux-ci rentrent en compétition : leur assimilation par l'organisme est donc peu efficace. Une fois liée à une protéine (forme chélatée) ils suivent la voie d'absorption des protéines et leur assimilation est améliorée. Cette augmentation de la biodisponibilité de certains oligo-éléments comme le fer permet de diminuer les effets secondaires indésirables liés à l’accumulation de ce métal sous sa forme libre dans le tube digestif.

i
Haut page

IP :
L'IP (Identité Préservée) est un système de maîtrise permettant d'assurer que l'authenticité
des produits alimentaires est maintenue depuis les matières premières jusqu'au produit fini. L'importance de l'IP augmente constamment pour l'industrie alimentaire. Ceci est en partie dû au refus des aliments génétiquement modifiés par les consommateurs européens et donc aux efforts de l'industrie pour satisfaire leurs demandes de produits sans OGM.

Iode :
Oligo-élément indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes. Ces hormones sont extrêmement importantes, au stade du foetus (formation du système nerveux), lors de la puberté et d’une manière générale tout au long de notre vie.

Lorsque l'alimentation apporte trop peu d'iode, la thyroïde grossit et un goitre se forme. La carence en iode aboutit à une hypothyroïdie (fatigue, déprime, trous de mémoire, prise de poids…).

k
Haut page
Kératine :
La kératine est une protéine dure, riche en soufre, qui se forme dans la couche cornée de la peau, dans les poils et les ongles.

La kératine est insoluble, et peut être retrouvée sur l'épiderme de certains animaux, notamment les mammifères, ce qui leur garantit une peau imperméable. Parfois, lors d'une friction trop importante, la kératine se développe à la surface de la peau : c'est la corne. Les cellules qui produisent la kératine meurent et sont remplacées continuellement. Les morceaux de kératine qui restent emprisonnés dans les cheveux sont couramment appelés des pellicules.
l
Haut page
Lipides :
Les lipides constituent la matière grasse des êtres vivants. Ce sont de petites molécules hydrophobes (qui n’aiment pas l’eau) ou amphipathiques principalement constituées de carbone, d’hydrogène et d’oxygène et ayant une densité inférieure à celle de l'eau. Les lipides peuvent être à l'état solide, comme dans les cires, ou liquide, comme dans les huiles.
m
Haut page

Magnésium :
Minéral absolument indispensable au métabolisme, le magnésium exerce, entre autres, un effet sédatif sur le plan nerveux mais comme l'organisme n'en fabrique pas lui-même, il doit puiser le magnésium dans l'alimentation.

Le surmenage et le stress en général sont de grands consommateurs de magnésium. L'étude SU.VI.MAX nous montre que 77 % des françaises et 72 % des français ont des apports de magnésium inférieurs aux 2/3 des Apports Nutritionnels Conseillés.

Des carences en magnésium qui se traduisent par de la fatigue, de l'irritabilité, des palpitations, voire des insomnies s'observent fréquemment chez les personnes qui suivent des régimes amaigrissants drastiques, les femmes enceintes, les sportifs et les grands consommateurs d'alcool.

Métabolisme :
Le métabolisme est l'ensemble des transformations moléculaires et des transferts d'énergie qui se déroulent de manière ininterrompue dans la cellule ou l'organisme vivant. C'est un processus ordonné, qui fait intervenir des processus de dégradation (catabolisme) et de synthèse organique (anabolisme). On peut y distinguer le métabolisme de base et le métabolisme en activité.

L'anabolisme est le métabolisme qui permet à la cellule de synthétiser les substances indispensables à sa vie et à sa fonction. Cette synthèse s'effectue à partir des matériaux que la cellule a absorbés du milieu extérieur et de l'énergie dégagée par le catabolisme ou provenant de l'extérieur (cas de la photosynthèse).

Micronutriments :
Les micronutriments sont des molécules que notre organisme ne sait pas fabriquer (éléments essentiels) ou dont la fabrication est diminuée (éléments conditionnellement essentiels).

Ils sont lors de la digestion des aliments parfaitement assimilables par les cellules qui constituent nos tissus.

Ce sont des minéraux, oligoéléments, vitamines, acides gras polyinsaturés, acides aminés.

Micronutrition :
La micronutrition consiste à satisfaire les apports en micronutriments, grâce à une alimentation suffisamment diversifiée et adaptée, et/ou à l'aide d'une supplémentation individualisée.
Les micronutriments sont des molécules que notre organisme ne sait pas fabriquer (éléments essentiels) ou dont la fabrication est diminuée (éléments conditionnellement essentiels). Ce sont des minéraux, oligoéléments, vitamines, acides gras polyinsaturés, acides aminés.

Minéraux :
Un minéral est une substance normalement inorganique, plus rarement organique, formée naturellement ou synthétisée artificiellement, définie par sa composition chimique et l'agencement de ses atomes selon une périodicité et une symétrie précises. Les minéraux sont généralement solides dans les conditions normales de température et de pression (TPN) et s'associent pour former les roches constituant la croûte terrestre et, d'une façon plus générale, la lithosphère.
Ils sont présents dans l’organisme en petite quantité et interviennent dans de nombreuses fonctions cellulaires. Les minéraux regroupent le calcium (Ca), le magnésium (Mg), le sodium (Na), le potassium (K) et le phosphore (P).

o
Haut page

OGM :
Organisme Génétiquement Modifié

Oligo-éléments :
Egalement appelés éléments traces, ils sont indispensables à la vie des cellules et sont présents dans l’organisme en petite quantité. Les principaux oligo-éléments sont le cuivre (Cu), le chrome (Cr), le fer (Fe), le manganèse (Mn), le sélénium (Se), l’iode (I) et le zinc (Zn).

Oméga 3 :
Le groupe d'acides gras oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés que l'on trouve en grandes quantités dans certains poissons gras, dans le lin, la noix et le colza.
Les études prouvant le bénéfice d'une supplémentation en oméga-3 sont rares : la plupart étudient l'influence d'une alimentation riche en ces acides gras polyinsaturés essentiels, mais d'autres facteurs peuvent influencer les résultats (richesse en fibres, en vitamines...). L'étude GISSI IV, publiée en 1999, montre qu'une supplémentation artificielle en Oméga-3 (sous forme de gélules) chez des patients ayant fait récemment un infarctus du myocarde diminue sensiblement leur mortalité.

Les oméga-3 et les oméga-6 sont classés acides gras essentiels, car l'organisme humain en a absolument besoin. Ils sont également indispensables car le corps humain ne peut les produire. Précédemment, ils étaient appelés "vitamine F".Ils évitent principalement les manifestations inflammatoires et maintiennent la fluidité du sang.
Il faut veiller à équilibrer l'apport en oméga-3 avec l'apport en oméga-6 (1 oméga-3 pour 5 oméga-6).

Oméga 6 :
Le groupe d'acides gras oméga-6 sont des acides gras polyinsaturés que l'on trouve dans la plupart des huiles végétales, graines et les céréales. On les retrouve dans les oeufs ou certaines viandes en quantités variables selon l'alimentation des animaux.
Les oméga-6 doivent interagir avec les oméga-3, leurs effets biologiques dépendent fortement de la quantité de ces derniers. Essentiellement, les oméga-6 préservent la peau et font baisser le cholestérol en aidant l'assimilation des protéines contenues dans les graisses.

p
Haut page

Phosphatidylsérine :
phospholipide constituant la membrane de la plupart des cellules notamment celle du cerveau (neurones) où il est le plus abondant.

La phosphatidylsérine, comme tout phospholipide, est renouvelée en permanence mais sa synthèse est complexe et diminue avec l’âge.

Chez les personnes âgées, la baisse du taux de phosphatidylsérine est associée à une détérioration des fonctions cognitives et de la mémoire.

De nombreuses études cliniques ont montré qu’une supplémentation en phosphatidylsérine stabilise les fonctions cognitives du cerveau qui tendent à diminuer avec l’âge.

Phyto-oestrogènes :
Les phyto-oestrogènes sont des composés actifs se trouvant à l’état naturel dans certaines plantes (soja principalement) ayant une constitution chimique proche des hormones stéroïdes principalement sécrétées par les ovaires.

A la ménopause, les ovaires ne produisent plus d’ovules et fabriquent une faible quantité d’oestrogènes se manifestant par les bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, troubles de l’humeur.

La consommation de phyto-oestrogènes contribue à diminuer l’incidence ou à prévenir l’apparition des effets secondaires de la ménopause.

Prébiotique :
Substance non-digestible qui induit un effet physiologique bénéfique à l’hôte (flore intestinale : NDLR) en stimulant de façon spécifique la croissance et/ou l’activité d’un nombre limité de populations bactériennes déjà établies dans le côlon. Afssa Juin 2003.

Principe actif :
molécule ou partie d’une molécule qui a une action dans l’organisme

Probiotique :
Micro-organismes vivants qui, lorqu’ils sont administrés en quantités adéquates, produisent un bénéfice pour la santé de l’hôte (flore intestinale : NDLR). Afssa Juin 2003.

Protides :
Terme général désignant les protéines.

Protéines :
Une protéine est une macromolécule composée par une chaîne d'acides aminés : en général, on parle de protéine lorsque la chaîne contient plus de 100 acides aminés. L'enchaînement des acides aminés est codé par le génome et constitue la structure primaire.

r
Haut page
Radicaux libres :
Les radicaux libres sont des éléments que l’organisme est obligé de fabriquer pour transformer l’oxygène en eau H2O ensuite éliminée. Molécules instables issues le plus souvent de la suractivation de l’oxygène, ils sont capables de perturber le fonctionnement des cellules et d’altérer leur structure.

Les radicaux libres sont impliqués dans le développement de certaines maladies. Ils peuvent participer au vieillissement de la peau et de l’organisme. Leur surproduction peut être déclenché par le soleil, l’alcool, le tabac ou la pollution.
s
Haut page
Sélénium :
Le sélénium est un oligo-élément et un puissant antioxydant. On en trouve dans les rognons de
porc ou de bœuf, l’ail, le poisson et les mollusques. Le sulfure de sélénium est employé comme traitement en dermatologie, en raison de son action fongicide, par exemple dans le traitement des pellicules grasses (Selsun®).
La consommation d'un peu de sélénium chaque jour (200 µg) diminuerait le risque de survenue de plusieurs cancers (dont ceux de la prostate et du côlon).

L'addition de petites doses de sélénium aux régimes diminue la cancérogenèse induite chimiquement chez les rongeurs. Il existerait également une diminution de la fréquence des maladies cardio-vasculaires. Le sélénium participerait au maintien des défenses immunitaires (il diminuerait en particulier la charge virale chez les patients porteurs du HIV), à la fonction thyroïdienne.
Pour résumer, à chaque fois qu'une pathologie est susceptible d'entraîner une production accrue de radicaux libres provoquant des lésions des cellules et une augmentation de médiateurs inflammatoires tels que les cytokines, le sélénium est susceptible de jouer un rôle protecteur. Par contre, aucun effet sur la mortalité n'a été démontré.

v
Haut page
Vitamines :
Une vitamine est une substance organique, nécessaire en dose infinitésimale au métabolisme des organismes animaux et donc de l'homme. Les vitamines sont des indispensables compléments des échanges vitaux. C'est une molécule organique, un coenzyme (molécule qui participe au site actif d'une enzyme), qui renferme un ou plusieurs radicaux indispensables à la synthèse d'une enzyme ou d'une hormone. L'organisme n'étant pas capable de les synthétiser, ou en quantité insuffisante, elles doivent être apportées régulièrement et en quantité suffisante par l'alimentation.
Les vitamines sont des amines solubles dans les graisses et stockées (A, D, E, K) ou hydrosolubles (B1, B2, B3, … et C).
z
Haut page
Zinc :
Le Zinc est un oligo-élément indispensable à l’homme, et présent dans plusieurs centaines d'enzymes, participant notamment aux échanges oxygène - gaz carbonique par les globules rouges.
D'après une étude effectuée par une équipe de nutritionnistes américains en 1975, la carence en zinc rendrait les rats plus agressifs et moins intelligents. Elle peut être évitée par une alimentation riche en noix, noisettes, pissenlit, ail, lait, viandes, œufs, poissons et légumes.
Le zinc semble également intervenir dans les processus immunologique. La supplémentation en cet oligo-élément diminue significativement la survenue de certaines infections (essentiellement pneumonie et diarrhée) chez les enfants des pays en voie de développement, ce qui peut se traduire en terme de gain en vie.
Votre panier est vide